Reviews ésotériques

Review: Lilith, Reine des Sorcières, par Athénos Orphée

Le livre Lilith, Reine des Sorcières, d’Athénos Orphée

Lilith… Voici un nom que nombre d’entre nous ont déjà entendu: le démon, la première femme d’Adam jetée hors du paradis, parfois même présentée sous forme d’esprit maléfique assoiffé de vengeance. Bref, un nom à qui on a attribué tous les maléfices, sans souvent chercher plus loin.

Lorsque j’ai su que les éditions Alliance Magique allaient publier un livre sur Lilith, j’ai donc du modérer mon impatience naturelle (vous connaissez la folle qui guette le facteur tous les jours lorsqu’elle passe une commande? Bah voilà, cela vous donne une idée de mon côté « patient »). Et lorsqu’il arriva grâce au service presse, ce ne fut pas une, mais deux danses de la joie que j’exécutais immédiatement, avant de filer dans ma chambre livre sous le bras (ne vous inquiétez pas pour mon entourage, non seulement il est habitué, mais en plus c’est limite si il ne veut pas ouvrir les colis lui même afin de savoir « ce que j’ai encore bien pu commander »).

Ce livre, écrit par Athénos Orphée (que vous pouvez également retrouver sur YouTube), nous donne donc une vision totalement différente de Lilith, présentant non seulement ses origines, certains mythes et écrits à son propos, mais nous proposant également des rituels lui étant dédiés. Bien sûr, comme cela est signifié dans le titre, ces rituels sont propres à la Wicca occidentale, et en sont donc marqués. Ceci dit, je ne suis nullement wiccane, et cela ne m’a pas empêché de les lire avec attention afin d’en saisir l’essence, en appréciant en connaître plus sur le sujet. En fait, j’ai dévoré ce livre d’une traite (j’aurais d’ailleurs aimé en lire plus, je pense que le seul reproche que je pourrais faire est « on en veut encore !!! »). Découvrir une autre version de Lilith, cette femme libre, fière, charnelle et insoumise… Elle est à mes yeux la femme libre et sauvage, celle qui se fiche du patriarcat et des conventions, qui éclate de beauté et de sensualité ; je la vois comme une féministe avant que je mot n’existe, riant de celui qui prétendait la posséder. Finalement, je comprends encore mieux pourquoi elle a été diabolisée: qu’est ce qui peut faire plus peur aux personnes empreintes de la culture du patriarcat qu’une femme aussi indomptable que Lilith ? Ce qu’on ne peut contrôler, souvent, on le bafoue, histoire d’avoir l’illusion de garder la maîtrise.

De plus, je ne peux qu’être touchée profondément lorsque je lis qu’elle défend et protège la femme bafouée. Finalement, celle qu’on présente comme « ténèbres », souvent par méconnaissance, est en fait loin de l’être. Cependant, le livre ne fait pas non plus l’erreur de présenter Lilith comme une déesse bisounours bienveillante à tout point de vue et prônant amour et paix à tous les carrefours. Athénos nous informe de sa nature, du respect qui lui est du (respect que je trouve d’ailleurs indispensable pour toute divinité ou égrégore avec lequel on souhaite travailler, mais ce n’est que mon avis), ainsi que les précautions à prendre pour ceux qui souhaiteraient travailler avec elle. Bref, je ne saurais que vous recommander de le lire au plus vite si vous vous intéressez à Lilith, de près ou de loin. Ce qui me donne envie de poser à l’auteur la question suivante: à quand un livre sur Lucifer?

Bonne lecture à vous et à très vite avec un autre livre!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :